USE / NINA GARCIA - AUGUSTIN BETTE / NOIR BOY GEORGES

Nina Garcia - Augustin Bette © Aurelien Digard
Nina Garcia - Augustin Bette © Aurelien Digard
21h00

Dans le cadre du week-end de rentrée et concocté avec l'OH/Le Confort Moderne et La Fanzinothèque.

Concert

USE / NINA GARCIA - AUGUSTIN BETTE / NOIR BOY GEORGES
Week-end de rentrée du Confort Moderne

Usé
Indus punk dada

Multipliant les projets (Headwar, Les Morts Vont Bien, Roberto Succo, Yvette Corner But, Sultan Solitude (...),  Nicolas Belvalette alias Usé vivote dans cette interzone musicale qui est comme une grande famille de la débrouille. À vrai dire, la musique de Nicolas Belvalette aurait très bien pu se contenter du live, contexte où il semble atteindre son plein potentiel. Mais il décide de sortir un premier album "Chien d’la casse" tout autant réussi que son second album "Selflic" qui représente un condensé parfait de ce qu’a été, de ce qu’est et de ce que sera sans doute encore longtemps Usé, formidable machine à broyer le temps et la connerie, à invoquer les préceptes essentiels du feu et la furie.

 

Nina Garcia - Augustin Bette
Free-punk

Contrairement à ce que braillait Johnny Rotten en '77, il y aura bien eu un futur. Et depuis 40 ans, les vents de rébellion du mouvement punk, sans s'être essoufflés, ont pris bien des directions. Semant ici et là des graines qui auront germé dans d'autres cultures. Dans les musiques libérées que nous défendons notamment, qui continuent à incarner, à leurs manières aussi, cet esprit révolutionnaire. Ou du moins une certaine idée de ce qui peut être punk. Souvent DIY, comme on dit, à contre-courant ou en parallèle de l'industrie musicale, elles portent en tout cas en elles un peu de cette flamme contestataire qui brûle toujours aujourd'hui.

Ce qui est certainement aussi le cas chez Nina Garcia et Augustin Bette, deux jeunes artistes, une forme de relève, qui ont tous deux, comme leur musique, cette attitude un peu butée, frontale, brutale et radicale. On pourrait donc parler ici d'une espèce de free-punk d'aujourd'hui (si, si), improvisé of course, qui cache dans un semblant de brouhaha noisy bien des subtilités. Deux jeunes pousses à suivre, déjà passionnantes et qui rassurent. Des futurs, dans ces musiques-là aussi, il y en a et il y en aura !

 

Noir Boy George
Noire punk

Noir Boy George compte d'innombrables projets, tous ralliés sous la bannière flamboyante de la Grande Triple Alliance Internationale de L’Est (The Dreams, AH KRAKEN, Crash Normal, Scorpion Violente ou encore le Chômage pour ne citer qu’eux). Si ça ne vous dit encore rien, réfléchisez un peu, vous êtes probablement tombés nez à nez avec sa tête sur la pochette du dernier album de Jessica 93. Noir Boy George séduit parce qu'il dépasse les frontières de la chanson française. Son truc à lui c'est d'écrire sur des sales histoires, sur des filles un peu tarés qui congèlent leur bébé dans des frigos français. Des éléménts typiques de ces récits noirs, saoulés de cold wave et omnibulés par les témoignages bruts.

 

TOUTE LA PROGRAMMATION DU WEEK-END DE RENTRÉE

Samedi 15 septembre :

  • De 10h à 18h : PIND (Punk is not dead) - Conférence et Table ronde autour de la culture punk à Poitiers et dans les environs
  • A partir de 18h : Vernissage de l’exposition Inculte Futur de Moolinex et sortie d’un fanzine // Vernissage de l'exposition Handle/Poignée 2018 de Liz Magic Laser // Vernissage de l'exposition Blanche Monnier de avaf // Vernissage de l'exposition Sauvage innocence de Julia Faure
  • A partir de 21h : Concert de Usé, Nina Garcia - Augustin Bette, Noir Boy George

Dimanche 16 septembre :

  • de 10h à 18h : dans le cadre des Journées du Patrimoine, laissez-vous guider lors de visites du lieu et des expositions en cours.