LFANT - BEGAYER

Bégayer © Thomas Porte
Bégayer © Thomas Porte
15h

Less Playboy is More Cowboys du 12 au 14 septembre
Toute la programmation : www.confort-moderne.fr

Festival organisé par l’OH/Le Confort Moderne, avec la complicité de La Fanzinothèque et Jazz à Poitiers

Concert

LFANT - BEGAYER
Less Playboy is More Cowboy

Jim Ballon
Avec : Flavien Légland, Bastien Torre et Axel Gaudron
production l'OH/Le Confort Moderne

Jim Ballon, c'est la douceur d’une chanson qui mélange un brin de naïveté, une puissante énergie rock, un gros son d’amplis des années 60 et trois voix qui s'harmonisent. Linéaires, douces ou complètement explosives, les chansons sont souvent pop, mais toujours transcendées par le feu de l’improvisation et la constante évolution du groupe qui revisite sa musique à chaque concert pour conserver sa fraîcheur et sa sensibilité.

LFant
Production Jazz à Poitiers
LFant est un solo de batterie amplifiée où larsens et bidons électriques vocalisent.
De l'improvisation naissent des matières, des chansons d'un éléphant qu'une nuée de fourmis ferait vibrer. Nourri de haïkus de Kurt Cobain ou de Yoga Sutras, le chant fait résonner l'intérieur et l'unit à la tempête du dehors. Les éléments électrifiés se mêlent, se croisent et se déchaînent, enveloppant ou taquinant les sons acoustiques pour composer un ensemble qui gronde et enfle dans une danse-transe où l'esprit retourne à l'état sauvage.

Société Etrange 
production l'OH/Le Confort Moderne

Société Étrange, c’est le trio Antoine Bellini, Romain Hervault (ex Panpanpan/Maman Brigitte) et Jonathan Grandcollot (Plein Soleil). Ils renouent avec les racines de la musique souvent cataloguée kraut, soit l’alliance trippée des machines et des instruments organiques. Pourtant, il n’y a aucune nostalgie ou de citations bêtes et méchantes dans cette musique de transe complètement hors du temps. Société Étrange écrit plutôt un voyage sonore pour le temps présent.

Bégayer
Production Jazz  à Poitiers

Bégayer cherche un geste pour les sans-folklore. Pour les rejetons de cette culture du manque, enfantée aussi bien par les traditions populaires que par les hurlements bruitistes. Par les places publiques des villages comme par le fourmillement des flux numériques. Pour un genre inédit de rapsodes métèques, entre rock démembré et chanson d'avant-garde.